Novembre 1918: la délivrance - Mercy-le-Haut 1914-1918

Mercy-le-Haut 1914-1918

Mercy-le-Haut 1914-1918

Novembre 1918: la délivrance

Novembre 1918: la délivrance

 

 

  

Novembre 1918 : la DELIVRANCE

 

 

Le départ des Allemands

 

L’armistice est conclu le 11 novembre 1918.

 

Les troupes allemandes se retirent. A Mercy-le-Haut, les derniers Allemands sont partis en avion, puisque c’étaient à ce moment-là des aviateurs. Probablement parce que la capacité de transport des avions de cette époque était limitée, ils ont laissé beaucoup de choses. L’un d’entre eux qui occupait une chambre de la maison d’Albert Lebrun a laissé son épée, ses livres, ses photos, ses souvenirs personnels …

 

Vers le 19 novembre, des troupes américaines arrivent dans le village.

 

Elles sont bientôt remplacées par des soldats français.

 

 

Le retour des soldats mobilisés en 1914

 

Les hommes mobilisés reviennent vers la fin du mois de novembre 1918. Sur la trentaine de soldats partis en 1914, 8 sont morts pour la France.

 

Parmi ceux qui reviennent, on note :

 

Jean COLLIGNON était âgé de 21 ans à la mobilisation. Il faisait son service militaire depuis 9 mois lorsque la guerre est déclarée. Il revient en fin novembre 1918, mais seulement pour une permission ! Il doit repartir rapidement, et ne sera démobilisé qu’en avril 1919. Il aura passé 5 ans et demi sous l’uniforme Jean COLLIGNON, mobilisé dans le 30e Dragons, a été grièvement blessé en fin 1914 dans le Nord de la France, à la frontière belge, pendant l’épisode de la « course à la mer ». A la fin de la guerre, il est affecté au 7ème régiment de chasseur.

 

Son frère ainé, René COLLIGNON, militaire de carrière, est officier dans l’infanterie coloniale. Il termine la guerre comme capitaine. Il a été blessé à la fin de la guerre.

 

Norbert JACOB, mobilisé en juillet 1914 à l’âge de 44 ans (environ), a été fait prisonnier à Longwy-Haut le 26 août 1914.

 

Louis L’HUILLIER revient en novembre 1918. Il a perdu ses deux parents, tués dans la soirée du 22 août 1914 à Mercy-le-Haut (victimes civiles), et son unique frère, Joseph, tué à l’ennemi le 15 septembre 1918. Louis L’HUILLIER a fait toute la guerre au 30e Dragons, le régiment de Jean COLLIGNON.

 

Gabriel LEBRUN revient à Mercy-le-Haut en fin novembre 1918. Marié, un enfant, il a été mobilisé en août 1914 à l’âge de 39 ans, dans l’artillerie, comme maréchal-des-logis. Il reprend ses fonctions de maire jusqu’aux élections de fin 1919.

 

Voici quelques autres noms de soldats de Mercy-le-Haut ou Boudrezy qui sont démobilisés (ou qui reviennent pour une permission) en novembre 1918 :

  • Pascal PECCAVY, vétérinaire, âgé de 42 ans en 1914
  • Lucien THIRION, capitaine territorial
  • Felix PIERGA, marié, un enfant, âgé de 34 ans en 1914
  • Georges AUBRION et ses deux frères

 

Il existe une dizaine d’autres hommes de Mercy-le-Haut ou Boudrezy qui ont été mobilisés en 1914, et n’ont retrouvé leur famille qu’en novembre 1918. Nous ne connaissons pas leurs noms.

 

 140203



18/11/2013

A découvrir aussi